lundi 25 juillet 2016

Antonio Rodriguez
Bazoches du Morvan, le 9 juillet lors du festival Samedi Poésies Dimanche Aussi.



















" (...) Dans son tombeau, elle dit, cette Europe, c'est moi, décomposée et qui repose, elle dit, c'est moi ta mère qui jadis t'ai essuyé au continent, après le solstice c'était la nuit, tu étais nocturne, bleuté, tu es venu à moi, faible si pur, et je t'ai réchauffé au continent, je t'ai frotté à tous ces pays qui forment le continent, soudain tu as eu chaud, tu parlais toutes les langues, et les sages femmes s'exclamaient en voyant ta bouche pleine de cendres, tu découvrais la brume au matin, le Vieux continent t'enveloppait dans son drap de plaines encore fumantes, pendant que tes oncles te parlaient de l'histoire des hommes, avec fierté et effroi, et tu déchirais ton placenta comme on déchiffre la Torah, en méditant les généalogies, tandis que le continent t'enveloppait dans son drap de plaines et de cendres (...) "

Extrait de Big Bang Europa paru en 2015 aux éditions Tarabuste


Né en 1973, Antonio Rodriguez est professeur de littérature française à l'Université de Lausanne.
Son premier recueil de poèmes Saveurs du réel est paru en 2006 aux éditions Empreinte.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire